taxi

Chauffeur de taxi : les formations à suivre

Exercer le métier de chauffeur de taxi ne s’improvise pas et il y a d’ailleurs une réglementation stricte qui encadre la profession. Pour pouvoir exercer, il faut obligatoirement disposer d’un diplôme spécifique. Aussi, pour ceux qui envisagent de faire cette activité, voici quelques informations à connaître.

Quelle formation à suivre pour devenir chauffeur de taxi ?

Selon la loi n° 95-66 du 20 janvier 1995, tout candidat prétendant à l’activité de chauffeur de taxi doit obligatoirement obtenir le Certificat de Capacité professionnelle du Conducteur de Taxi (CCPCT), délivré par la préfecture du département d’exercice. Il est intéressant de rappeler que le Certificat de Capacité professionnelle du Conducteur de Taxi ne s’obtient qu’après une formation professionnalisant qui donne sur un examen qui se déroule généralement en deux parties à savoir l’examen  national et départemental. L’épreuve se déroule également en deux temps et comprend un volet théorique et un volet pratique. À noter que l’examen départemental doit être réalisé dans le département dans lequel le chauffeur de taxi exerce ou souhaite exercer. À l’issu de l’examen, le chauffeur de taxi reçoit le fameux certificat de capacité professionnelle et peut prétendre à la carte professionnelle qui elle, est délivrée par la préfecture.

Quelles sont les questions-types à l’examen ?

Il est intéressant de rappeler que la formation qui prépare à l’examen national et départemental se fait sur un total d’heures de 400 et ce, établi sur une période de 3 à 6 mois. La durée de la formation dépend notamment des capacités et de la disponibilité de chaque candidat. Comme certaines matières sont optionnelles, il pourra par exemple ne pas suivre l’ensemble du programme. Le futur chauffeur de taxi pourra également suivre la formation en candidat libre, à titre individuel ou de manière classique, en collectif.

Les épreuves d’admissibilité c’est-à-dire l’examen national comprend des sujets  concernant la langue française, les codes de la route et les codes de sécurité, la réglementation nationale de la profession de chauffeur de taxi. Des notions en gestion pourront également être demandées lors de l’examen, mais le contenu des examens peut changer. Pour sa part, l’épreuve d’admission ou examen départementale met en avant des questions se rattachant au domaine topographique,  à la réglementation locale, aux questions d’administrations, aux itinéraires et aux modes de conduite d’un véhicule taxi. À cela s’ajoutent des questions concernant la mémorisation d’adresses, la connaissance des monuments et des bâtiments publics. Une fois le diplôme en poche, il suffira de déposer la demande de licence de taxi et d’attendre qu’elle soit validée avant de pouvoir exercer l’activité.