taxibus

Les taxibus : l’alternative aux bus classiques !

Les taxis de Québec proposent de prendre en main le transport collectif dans les endroits reculés du territoire, et ce, pendant les heures creuses. L’idée du taxibus permettrait aux autobus de faire moins de voyage à vide.

Les taxibus, la solution aux retours vide

Le porte-parole du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ) a annoncé que les taxis-bus pourraient seconder les bus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) pendant les heures creuses. En effet, la centrale téléphonique mise en place en 2014 a permis de réguler les répartitions des appels entre les voitures de taxi, ce qui fait que les chauffeurs peuvent être partout et que les voyages à vide se font plus rares. Les taxibus ou taxis collectifs ont proposé de reprendre les derniers kilomètres des trajets des autobus, surtout pour les destinations assez éloignées du centre-ville. Ils sont actuellement présents dans les secteurs de Saint-Émile, de Saint-Augustin-de-Desmaures et de Boischatel et sont payés conjointement par l’usager et la municipalité. Ces taxis peu communs sont gérés de manière indépendante dans la région de Québec.

Les taxibus 2.0

Le Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ) souhaite notamment centraliser toutes les demandes afin de les répartir entre les taxibus de la ville. Ainsi, les autobus n’auront plus à revenir à demi vide de leur dernier trajet puisque les taxibus reprendront les courses dès qu’ils auront terminé leur tour. Un projet de taxibus 2.0 a également été annoncé et devrait voir le jour d’ici la fin de l’année 2017, cela permettait aux usagers de réserver leur taxibus depuis leur Smartphone, via une application dédiée et de retrouver plus facilement l’emplacement des arrêts d’autobus les plus proches. Il se dit même que l’application intègre un système de tarification, permettant ainsi à l’utilisateur de mieux calculer sa course et ainsi, de ne pas être pris au dépourvu.

Pour mettre en place ce projet, les taxis sollicitent la ville de Québec pour que cette dernière l’appuie dans ses projets. A noter que la demande sera ensuite déposée au gouvernement Couillard. Pour le moment, les chauffeurs ne peuvent prendre des clients que sur le territoire que leur permis délimite. La demande devrait ainsi s’accompagner d’une révision des zones de circulations. Enfin, le Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ) souhaite également demander l’autorisation de faire du taxi partage, une alternative permettant aux usagers de partager leur course. Chaque personne va ainsi payer le montant de son trajet et le prix est défini en fonction de la distance parcourue. Si l’idée vient à être validée alors, cela permettra d’aider bien d’usagers.